Array ( [valeur] => 2 [couleur_html] => #50ccaa )

Une première française pour l’hôpital Sud

Thématique actu

Une première française pour l’hôpital Sud

Tag(s)
Tags
Innovation
Publié le 30 mai 2018
Modifié le 5 juin 2018
Résumé actualité
Dans le cadre d’une étude internationale, l’équipe du service orthopédie et traumatologie du sport de l’hôpital Sud a réalisé la première pose de prothèse de genou totale à l’aide du système Mako.
Paragraphs

“Nous sommes le premier centre en France à pratiquer cette intervention dans le cadre d'une étude internationale. En Europe, seuls quelques établissements pratiquent cette chirurgie innovante”, confie le professeur Dominique Saragaglia. "Le CHU Grenoble Alpes a, depuis les années 1990, participé aux avancées de la chirurgie assistée. Il s'agit aujourd'hui d'une nouvelle étape avec ce robot qui combine la navigation et un système actif qui accompagne le geste du chirurgien avec ce bras robotisé", conclut-il.

C’est le docteur Régis Pailhé, chirurgien orthopédique, qui a réalisé l’opération. “Le but était de remplacer l'articulation du genou d'une patiente souffrant d'arthrose en lui posant une prothèse. Il s'agit d'une intervention délicate car il faut positionner les implants de manière très précise et de façon reproductible”, explique-t-il. Et d'ajouter : "Avec le système Mako, le chirurgien peut choisir la taille précise de la prothèse du genou et l'ajuster dans la position idéale. Cette précision au millimètre permet un confort chirurgical pour le patient. Surtout, l'intérêt principal est de rallonger la durée de vie de cette prothèse ce qui est un vrai plus pour le patient."

Image
Image
Opération du grenou à l'aide du robot Mako

Le bras robotisé Mako permet de réaliser un scanner établissant une planification en 3D. Pendant toute la durée de l’intervention, le genou du patient est connecté par un système infrarouge avec l’ordinateur et avec le robot. Le chirurgien utilise une scie robotisée pour préparer la surface de l’os et la mise en place des implants. Pour le patient, cette intervention implique moins de risque, moins de perte de sang et moins de complications, ainsi qu’une récupération plus rapide. Une réelle avancée !