Quelles règles pour les écrans ? À l'aide !

Thématique actu

Quelles règles pour les écrans ? À l'aide !

Tag(s)
Tags
Les écrans parlons-en
Concertation
Numérique
Social
Publié le 27 janvier 2020
Modifié le 25 février 2020
Résumé actualité
Le premier des cinq jeudis sans écran avait pour thème "Quelles règles et limites poser autour des écrans à la maison ?” Un sujet qui a alimenté les discussions entre les participant-es.
Paragraphs

Des professionnel-les de La véranda et de Reliance, ont rappelé, en présence de Jacqueline Madrennes adjointe à l’éducation, quelques éléments introductifs. “L'arrivée des écrans est le même bouleversement que le train et l'avion. Cela entraîne autant de changement et de difficulté. Ça a modifié beaucoup de choses !

Des changements et des différences aussi entre les écrans eux-même : “Regarder la télévision n'a pas les mêmes effets que d'avoir son portable dans la poche. Si un enfant est exposé trop longtemps à la télévision avant ses 3 ans, cela peut entraîner des troubles. Le portable, lui, est partout. Dans la cuisine, dans la salle de bain, dans les relations. Le portable nous relie, mais quand il est trop présent, il se met au milieu de la relation. Le portable pollue les relations.” Une pollution qui s’envenime avec une possible dépendance. “Cet objet va créer une dépendance. On ne peut plus s'en passer, comme le sport, les jeux d'argent ou la cigarette.

Image
Image
les écrans parlons-en !
Image
Image
les écrans parlons-en !
Texte

Quelle dépendance aux écrans ?

En s’appuyant sur les propos du psychiatre Serge Tisseron, les intervenants ont mis en mots les problématiques. “Dans la relation entre la mère et l’enfant, même si je suis séparé physiquement, je suis lié à elle. Quand elle me nourrit, je m'agrippe, je la touche, je la regarde. Avec le portable, on pianote, on le touche, on le regarde. Je suis fasciné ! Et beaucoup de jeunes ont du mal, à cause de la fascination avec le regard et la main. C’est la différence avec la télévision qu’on ne touche pas. On la regarde seulement.

Avec ces éléments, il fallait avancer sur la question de la manière de poser des limites et des règles par rapport au portable et à Internet, tout en soulignant un chiffre rassurant “90% des élèves en élémentaire ont des règles en rapport aux écrans. Mais les faire respecter ce n'est pas si simple !

Des exemples à solutionner

Les parents présents étaient amenés à exposer leurs problématiques comme celle de filles qui demandent sans cesse le portable car “Il faut que leur téléphone soit à côté !” ou celle d’un garçon de 6 ans qui a du mal a respecter la règle d’une heure de jeu le week-end sur sa console Playstation. Des échanges nourris pour trouver des solutions ont fusé, comme le fait d’utiliser une pendule avec une aiguille pour montrer le temps qui passe. Un débat qui s’oriente vers la réflexion : Est-ce que ce sont que les écrans qui posent problème ? “Il est très important de rappeler la règle, et de maintenir un non” rappellent les professionnel-les. “En revanche, il empêche l'enfant d'imaginer que son désir est plus puissant que le règlement!

Une piste de travail surgit alors : “Quand on essaie d’établir les règles avec les enfants on pourrait mieux les intégrer. Quelle est ton idée ? Combien de temps ? et à partir de là, on s'y tient.” L’idée est “de ne pas subir un diktat mais d'être partie prenante d'une règle discutée ensemble. Mais ça dépend de l’âge, et il ne faut pas tomber dans la négociation.”

Image
Image
les écrans parlons-en !

De la peur d’être un mauvais parent

Mais la question de la génération de la frustration chez l’enfant n’est pas sans questionner les parents. Une interrogation légitime, qui trouve des réponses par les professionnel-les. “Des parents ont peur de dire non car ils ont peur d'être rejetés. Alors que c'est l'inverse ! L'enfant va comprendre que l'autorité parentale est nécessaire. Un enfant est capable dès la naissance d'entendre le Non. Il faut parler aux enfants, mettre des mots, y compris en disant non. Petit à petit, l'enfant va évoluer dans le cadre posé. Si le cadre arrive trop tard, l'enfant ne va pas comprendre et être frustré. Quand on dit non, on dit non à faire plaisir et ça se fait progressivement. Mais tous les enfants diront qu’avec la mère ou le père d'un tel c'est pas comme ça. Et si c'est pas le téléphone, ça sera autre chose !

Ce premier atelier a été un moment extrêmement riche, qui sera suivi de quatre prochains temps, avant le défi “10 jours pour apprivoiser les écrans”, du 4 au 10 juin.

MB

Les prochains temps 

  • Jeudi 13 février, Les écrans et les apprentissages, école élémentaire Marcel-Cachin (1, allée du Berry).

  • Jeudi 19 mars, Les écrans et la santé, école élémentaire Paul-Langevin (1A, rue Normandie Niemen).

  • jeudi 16 avril, Les jeux vidéo..., école élémentaire Paul-Vaillant-Couturier (avenue Paul-Vaillant-Couturier).

  • Jeudi 14 mai, Les réseaux sociaux, école élémentaire Joliot-Curie (avenue Frédéric Joliot-Curie).

Les enfants à partir de trois ans peuvent être gardés dans la salle d'accueil du périscolaire.