Marat, l'école de la poésie

Thématique actu

Marat, l'école de la poésie

Tag(s)
Tags
Essarts-Surieux
Maison des habitant-es Les Essarts
Publié le 5 juillet 2018
Modifié le 5 juillet 2018
Résumé actualité
Une classe de CE1 de l’élémentaire Jean-Paul-Marat à la Ville Neuve et des enfants de l’atelier périscolaire “arts plastiques” ont embelli le bâtiment modulaire accueillant des grandes sections maternelles. De même, un cheminement poétique a été tracé de la halte-garderie à l’entrée de l’école, en passant par la Maison des habitant-es Les Essarts.
Paragraphs

“Cueillir les années et appartenir au futur”, “Ici, ta voix me porte”, “Je me souviens d’une mélodie”, “Je crée des paroles”… Ces phrases poétiques ont été imaginées et tracées au sol à l’aide de lettres pochoirs par des groupes parents-enfants et l’atelier d’apprentissage du français de la Maison des habitant-es Les Essarts. Elles signent désormais le parcours quotidien des habitantes et habitants, des familles se rendant à la halte-garderie, à la Maison des habitant-es ou à l’école.
Les élèves de CE1 de la classe de Pierre-Yves Allemand, de l’élémentaire Marat, et des enfants de l’atelier périscolaire “arts plastiques” animé par Evade ont, pour leur part, embelli l’équipement modulaire accueillant des grandes sections maternelles. Un jeu de lettres et de mots croisés, très colorés, égaye l’une des façades. Financé conjointement par la Ville et la Métropole grenobloise, ce projet à partir de la thématique “Grandir ici” s’inscrit dans le cadre du volet social, éducatif et culturel du programme de renouvellement urbain des quartiers Essarts-Surieux. “Il valorise le travail remarquable des équipes enseignantes et la place de l’école laïque et républicaine dans un quartier, de l’école Marat spécifiquement qui sera la première à être transformée au titre du renouvellement urbain”, affirme Jacqueline Madrennes. L’adjointe à l’éducation et à la culture souligne “l’importance de donner à voir l’écrit poétique, le graphisme dans l’espace public, contribuant à développer une pensée rationnelle et l’esprit critique, à mobiliser les compétences de tous et toutes, à construire ensemble”. Plusieurs structures ont accompagné ces productions en animant des ateliers d’écriture et graphiques aux côtés de la Maison des habitant-es ou de l’école : le Centre du graphisme avec les graphistes Thierry Gouttenègre et Mickaël Blanc, la Maison des écrits avec Karen Capoccioni, Evade.
Jacqueline Madrennes poursuit : “En perspective de l’année scolaire prochaine, on réfléchit à l’aménagement des cours de récréation de la maternelle et de l’élémentaire avec les acteurs éducatifs et les enfants.”

JFL