Array ( [valeur] => 1 [couleur_html] => #50f0e6 )

Libre expression d'avril 2021

Thématique actu

Libre expression d'avril 2021

Tag(s)
Tags
Tribunes libre expression
Publié le 6 avril 2021
Modifié le 6 avril 2021
Paragraphs

Groupe "Échirolles, citoyenne, écologique et solidaire"

Un budget au service des Échirollois-es

Lors du Conseil municipal, le 1er budget de ce mandat a été voté.

Comme la majorité s’y était engagée, et pour la cinquième année consécutive, il n’y aura aucune augmentation des taux communaux des impôts.

En parallèle, nous avons poursuivi un fort travail de désendettement de la ville, et aujourd’hui, notre ville avec moins de 12 ans de désendettement est dans une bonne situation.

C’est avec le plus grand sérieux que nous avons travaillé ce budget et ce sont 72 millions d’euros qui vont être mis au service des Échirollois-es.

Ce budget projette notre ville dans l’avenir, qui prend en compte les urgences auxquelles notre planète fait face, les spécificités de notre commune et les enjeux de quotidienneté.

Concernant les transitions écologiques, deux projets marquants verront le jour cette année avec la végétalisation de la cour d’école Marcel David, et la création du parc Croix-de-Vérines au centre-ville.

L’entretien des espaces publics et la tranquillité publique sont aussi des secteurs clef pour un cadre de vie préservé. C’est pourquoi dès cette année un nouveau plan de déploiement de vidéo-protection est lancé.

Enfin, nous continuerons de soutenir fortement notre CCAS qui adapte au quotidien son action aux plus près des besoins des habitant-es.

La mise en œuvre de ces trois priorités n’est possible que grâce à un personnel communal investi dont le sens du service public est essentiel. Notre groupe tient à les remercier pour cela.

 

Amandine DEMORE

1ère Adjointe et co-présidente du groupe Échirolles, citoyenne, écologique et solidaire

Groupe "Les insoumis-es historiques"

Le vote du budget primitif 2021 présenté par Amandine Demore lors du conseil municipal du 29 mars intervient dans un contexte particulièrement difficile. Malgré cette période incertaine, ce budget réaffirme les valeurs et les priorités qui nous animent : la solidarité, la préservation de notre environnement et de notre cadre de vie, le soutien à nos jeunes, au monde associatif, culturel, sportif, la citoyenneté seront au cœur de notre action en 2021 et durant tout ce mandat.

Malgré les 3,3 milliards d’euros pour les villes populaires - que la mobilisation des 200 maires, dont Renzo SULLI, a pu arracher au gouvernement, nous démarrons une nouvelle fois l’année avec des dotations de l’État en baisse. Rappelons qu’elles ont été quasiment divisées par deux en 10 ans.

Cette situation financière de plus en plus contrainte, nous la connaissons toutes et tous. La suppression progressive de la taxe d’habitation de ces dernières années, qui peut pourtant apparaître comme une bouffée d’air dans le budget d’un ménage, nous inquiète pour l’autonomie financière des collectivités locales dans les années à venir. Nous connaissons la chanson, une manne qui se transforme en compensation est inexorablement condamnée à baisser les années passant, sous prétexte d’effort national.

Pour autant, nous ne nous résignons pas. Le groupes des insoumis historiques soutient donc un budget combatif, à la hauteur de nos ambitions pour Échirolles et des enjeux d’aujourd’hui et de demain.

Groupe "Socialistes, radicaux et citoyens pour la sociale-écologie"

 

Nous voilà devant des défis majeurs pour les décennies à venir, un an après une crise sanitaire mondiale, est apparue une transformation de nos habitudes, le besoin de plus en plus de solidarité. Dans notre ville comme ailleurs se déroulent des transformations pour l'essentiel de nos vies, de notre espace urbain avec sa diversité, hommes, femmes, enfants, adultes, séniors... Tous nous formons notre coeur de ville, avec ses tensions sociales, écologiques et économiques reflétant nos modes de production de consommation, de déplacement ceux d'aujourd'hui et ceux d'un monde de crise.Conscient des défis à relever nous anticipons politiquement la transformation.Nous voyons un autre besoin celui de la proximité, un autre regard sur l'espace et le temps de vie, de partage familial, de voisinage, de création, d'apaisement... tous ces besoins désirent se conjuguer maintenant au présent avec une vie de quartier, de nos parcs et de nos espaces de vie partagés .
Finalement ce choix est nécessaire pour une vie apaisée dans notre ville que nous voulons humaine et solidaire.

Mohamed Makni, Laëtitia Rabih, Élise Amaïri, Joseph Virone et Marie Rueda

Groupe "Echirolles A’venir notre ville rassemblée"

La crise sanitaire aurait dû nous amener à un profond changement dans l’approche des finances de notre commune, avec l’affirmation d’options et notamment en matière de solidarité. Cette majorité a choisi de diminuer la subvention au CCAS de 200 000€, dans la continuité des reculs sociaux de ces dernières années. Le contexte aurait dû conduire à un effort particulier pour les plus touchés par la crise, en les aidant dans la prise en charge de leurs besoins vitaux. Mais non, le choix a consisté à reconduire l’option de ces dernières années:  sacrifier les dépenses de fonctionnement et poursuivre l’urbanisation à marche forcée de la ville, en dépit des conséquences sur le réchauffement de la cité. Rien est épargné dans cette perspective, le personnel n’est pas remplacé, le périmètre des services est modifié, les besoins quotidiens de la population sont sacrifiés, le patrimoine de la ville n’est plus entretenu. La fermeture de la MDH Surieux est une aberration alors qu’on entame un PNRU, le plan numérique des écoles est insuffisant, le dispositif d’isolation des copropriétés « murs-murs » est sous doté. Le désendettement important opéré est corrélé à la stratégie d’urbanisation accélérée qui contraint à un désendettement fort pour se constituer une nouvelle dette et assumer les opérations immobilières. D’autres choix sont possibles, en créant un fond d’urgence, en construisant la ville de demain avec les transitions écologiques nécessaire et améliorer le quotidien des habitants.

Groupe "Rassemblement National"

Texte non transmis par le groupe.

Groupe "Changer Échirolles c'est possible"

Les élus du Groupe Changer Echirolles viennent de voter contre le budget 2021 de la municipalité, à regret. Son analyse permet de comprendre pourquoi notre commune connaît une inflation « urbanistique » depuis plusieurs années. Les investissements ne peuvent être financés que par des cessions immobilières. On peut se donner bonne conscience en se disant que les échirollois veulent rester sur leur territoire mais la vérité est ailleurs. Inexorablement la moindre parcelle est exploitée avec de-ci, de-là quelques arbres, comme des symboles de la lutte contre l’artificialisation des sols.

Image
Image
Vue d'une grue de travaux