Array ( [valeur] => 2 [couleur_html] => #50ccaa )

Les vacances apprenantes, des colonies éducatives… en famille

Thématique actu

Les vacances apprenantes, des colonies éducatives… en famille

Tag(s)
Tags
Social
Destination Été
Publié le 6 août 2021
Modifié le 10 août 2021
Résumé actualité
Pour la deuxième année consécutive, la ville d’Échirolles organise des Vacances apprenantes à la Motte d’Aveillans. Ces séjours innovants qui panachent les activités éducatives avec les loisirs pour les enfants et leurs parents sont bien plus que des vacances.
Paragraphs

Au pied des montagnes, le dépaysement que procure le centre des Aveilles à la Motte d’Aveillans donne l’impression d'être au bout du monde. Pourtant ce village de la Matheysine, où se déroulent les Vacances apprenantes, ne se trouve qu’à 45 minutes de voiture d’Échirolles. “Dans ce contexte de pandémie et après plusieurs confinements, ces vacances répondent à un vrai besoin des familles de se retrouver et de se reposer. Les enfants comme leurs parents peuvent pratiquer de nombreuses activités et souffler dans ce lieu magnifique, en pleine nature”, décrit Amandine Demore, la première adjointe, lors de sa visite au centre le 22 juillet. Ces séjours ont en effet vu le jour l’année dernière, juste après le premier confinement pour répondre à une situation “sociale, scolaire ou familiale difficile”. ““Au printemps 2020, on avait identifié un certain nombre de familles qui avaient connu des difficulté en terme d’éducation, par manque d’accès au numérique ou à cause des difficultés pour accompagner leurs enfants sur les apprentissages scolaires”, ajoute l’adjoint à la jeunesse et au sport, Pierre Labriet, également présent lors de cette visite.

Image
Image
Le matin, lors des apprentissages, les enfants se sont initiés à la radio.
Descriptif Image
Le matin, lors des apprentissages, les enfants se sont initiés à la radio.
Image
Image
Les élus, Amandine Demore et Pierre Labriet, échangent avec une agente de la Ville à propos de la bibliothèque éphémère organisée pour le séjour.
Descriptif Image
Les élus, Amandine Demore et Pierre Labriet, échangent avec une agente de la Ville à propos de la bibliothèque éphémère organisée pour le séjour.
Texte

Nous sommes les seuls à proposer cela”

En s’appuyant sur le dispositif des Colonies apprenantes mis en place par l’État l’année dernière à la sortie du premier confinement et reconduit cette année, les services de la Ville ont donc imaginé ce concept de colonie incluant aussi les parents. Ces séjours du lundi au vendredi, comprennent le logement, les activités et l’accompagnement des enfants. Financé par la Ville, l’État, et depuis cette année aussi la CAF, la participation pour un séjour s’échelonne entre “35 et 60 euros par famille, selon le quotient familial appliqué”, indique Habib Bengueddach, chef de projet des Vacances apprenantes, “c’était le but de ces Vacances apprenantes, que le reste à charge soit très faible pour les familles pour n’écarter personne”.“Nous sommes les seuls à proposer cela dans la région et peut-être même en France”, se félicitent les élus, qui se disent “très fiers du travail accompli par les agents de la Ville”.

Image
Image
Les parents peuvent se détendre pendant les activités proposées par les animateurs, tel que le le yoga.
Descriptif Image
Les parents peuvent se détendre pendant les activités proposées par les animateurs, tel que le yoga.
Texte

Quartier libre...

Les enfants, âgés de 6 et 17 ans, sont pris en charge la journée : ils poursuivent le matin des apprentissages et participent à des activités de loisirs l’après-midi, encadrés par des animateurs. Parents et enfants se retrouvent ensuite pour la fin de journée où d’autres activités collectives leur sont proposées. Cette année, les plus grands ont ainsi fait leurs premiers pas sur les ondes avec des enseignants et les intervenants de la radio locale NewsFM: “ On travaille à la fois écriture, avec la rédaction des rubriques, que la communication orale”, observe Christophe, reporter pour la radio. De leurs côté, les plus jeunes suivent des cours de musique, de percussions et de théâtre avec le metteur en scène et compositeur Emmanuel Boudière. L’après-midi, ils partent en randonnées, font du VTT, du théâtre, de la piscine du poney ou participent à des “olympiades”.
Pendant ce temps, les parents ont quartier libre : “Le but est de leur offrir un vrai temps de respiration. Eux aussi ont besoin de vacances. Dans ce séjour, il y a une idée forte qui est celle du soin, de prendre soin de soi et des autres”, notent les agents de la Ville.

Image
Image
Ahlam, Tatiana, Samia et Sonia, des mamans qui ont pu "souffler" lors de ces vacances.
Descriptif Image
Ahlam, Tatiana, Samia et Sonia, des mamans qui ont pu "souffler" lors de ces vacances.
Texte

pour les mamans solos

Cette année, les parents ont eu le choix entre un plus large choix d’activité : relaxation, yoga, atelier d’écriture, cueillette de plantes comestibles et médicinales et bien sur piscine et activités de pleine nature... Tatiana, Samia, Ahlam et Sonia ont apprécié. Ces quatre mamans élèvent seules leurs enfants. Ça fait des années que je ne suis pas partie en vacances, à cause de la logistique, du coût. Qu’on est seul avec ses enfants, on ne peut pas se permettre de partir loin”, confie Ahlam, mère de deux enfants. Au début, j’avais peur de venir avec mes trois garçons, de devoir tout gérer, mais on m’a rassurée. Les enfants sont très bien pris en charge et nous aussi ! Du coup, j’ai enfin pu me détendre, me promener”, se réjouit Sonia. “Le dispositif est particulièrement accessible aux familles monoparentales : on peut aller les récupérer au Trasn’Isère pour celles qui n’ont pas de voiture, on les aide à faire les courses”, précisent les agents de la Ville.

 

Des parents, des enseignants et des animateurs

Ces quatre Échirolloises ne se connaissaient pas auparavant, mais on lié des amitiés, comme d’ autres familles. “Ce qui frappe, quand on arrive ici, c’est le calme et la verdure, alors très vite la pression redescend, tout le monde est apaisé, les familles prennent le café ensemble... Et quand elles reviennent à Échirolles, elles gardent des liens. On peut tirer énormément de bénéfices de cette action”, remarque les organisateurs. Des observations que partage Frédéric Richoux, le directeur de la Transformation et de l'innovation des services à la population : “On a vu des choses incroyables : une semaine en collectif sans aucune dispute, sans aucune tension entre les ados. À 9h, les enfants sont là pour les ateliers d’apprentissages, pas un retard. La situation de la crise sanitaire a amené les services à regarder leurs actions “avec un regard différent” et à “retravailler ensemble”, explique-t’il. “L’innovation, ce n’est pas seulement des trucs nouveaux. On a un bon exemple ici ! Ce que nous avons créé existaient déjà auparavant dans l’éducation populaire mais on l’avait perdu de vue. On est revenu à des choses simples, c’est à dire des vacances où on apprend des choses mais avec différentes personnes qui se soutiennent pour éduquer, parents, enseignants, tiers éducatifs (accompagnants tels que les animateurs et les éducateurs, NDLR).”
Cette été, 54 familles et une centaine d’enfants ont participé à ces séjours .

Image
Image
Les élus écoutent les journalistes en herbe lors de leur passage en direct à la radio.
Descriptif Image
Les élus écoutent les journalistes en herbe lors de leur passage en direct à la radio.
Titre
Les Vacances apprenantes à la Motte d'Aveillans
Vidéo