Le réseau, pierre angulaire de la recherche d’emploi

Thématique actu

Le réseau, pierre angulaire de la recherche d’emploi

Tag(s)
Tags
Mission locale sud-Isère
Publié le 28 mars 2017
Modifié le 12 avril 2017
Résumé actualité
Pour sa septième édition, le dispositif Cinq jours, un réseau a mis en lien des demandeurs d’emploi et des professionnels des métiers de l’industrie.
Paragraphs

Alimenter et activer son réseau, rencontrer des entreprises et des organismes de formation spécialisés, se positionner par rapport aux métier présentés, préparer ses futurs entretiens, tels sont les principaux objectifs du dispositif Cinq jours, un réseau. Mise en œuvre par la Maison pour l’emploi/CCAS, la Mission locale Sud Isère et Pôle emploi, l’action s’adresse aux demandeurs d’emploi résidant dans des quartiers de la politique de la ville. Neuf personnes ont participé à cette septième session consacrée aux métiers de l’industrie, après le commerce, le social, les services aux entreprises, le bâtiment...

A chaque fois, divers ateliers sont proposés nécessitant “beaucoup d’énergie pour se mobiliser et tisser du lien avec des secteurs d’activité qui ne sont pas d’emblée accessibles”, déclare Régis Bourgoint, formateur à l’Aceisp, principal partenaire à l’organisation du dispositif. Et pour la première fois, un module a abordé spécifiquement le thème des discriminations.

Se constituer des repères

Lors du bilan final à l’Espace Jacques-Prévert, où s’est déroulée la semaine, hors les visites de sites, Pierre Labriet, adjoint à la jeunesse, à l’insertion et à la formation, a remercié l’ensemble des partenaires, dont Pôle emploi “de plus en plus présent sur les initiatives de la Ville”. Il a salué les entreprises et organismes qui se sont engagés, comme Ponticelli, l’AFPA, Tech Pro Formation, Atelier Siis, Diffusion Prestation Fiabilité (DPF), entre autres.

Pour Sylvain, le dispositif permet “de vérifier son profil en direct avec des entrepreneurs. Je recherche avant tout dans le domaine de la sécurité, mais je suis ouvert à d’éventuelles réorientations. Nouvel arrivant en France, j’ai surtout besoin de me constituer des repères, de découvrir le monde et le fonctionnement des entreprises propres à votre pays. Quand on ne connaît pas, on est d’autant plus hésitant”.

Approfondir son projet professionnel

Hassina est déjà connectée au milieu de l’entreprise, mais après un an et demi d’interruption professionnelle, elle souhaite “renforcer son projet par des informations et une formation conducteur d’installations et de machines automatisées (CIMA) de trois mois”, qu’elle suivra finalement à l’AFPA. A 51 ans, Philippe effectue “un virage à 360°”. Après des années dans la restauration, il cherche à se reconvertir et se qualifier dans la chaudronnerie ou la serrurerie. “Les échanges avec Ponticelli ou Tech Pro Formation ont confirmé mes choix. Je souhaite me renseigner encore plus, élargir mon réseau, c’est difficile de rentrer en contact avec des entreprises.” Bonne nouvelle : il a décroché un premier stage d’immersion de quinze jours dans l’entreprise de chaudronnerie Pic Maintenance. Quant à Kevin, Cinq jours, un réseau lui a permis de découvrir que la branche industrielle ne lui convient pas. “J’ai essayé, j’ai rencontré, j’ai compris”, dit-il en souriant. “Je suis attiré par l’animation et la création, j’en ai discuté avec l’Aceisp et Pôle emploi.” Il a obtenu deux dates de job dating (court entretien de recrutement) pour “approfondir mon projet.” Le dispositif joue ainsi son rôle de favoriser “la prise de conscience et la mise en confiance”.

JFL