Array ( [valeur] => 2 [couleur_html] => #50ccaa )

L’association pour l’emploi SOLEEO s’installe dans les anciens locaux de la Maison de l’égalité femmes-hommes

Thématique actu

L’association pour l’emploi SOLEEO s’installe dans les anciens locaux de la Maison de l’égalité femmes-hommes

Tag(s)
Tags
emploi
Publié le 10 août 2021
Modifié le 1 septembre 2021
Résumé actualité
L’association Solidarité pour l’emploi à Échirolles-Ouest, qui préfigure le projet Territoires zéro chômeur de longue durée, a trouvé son pied-à-terre dans les anciens locaux de la Maison de l’égalité femmes-hommes à la Luire.
Paragraphs
Image
Image
Devant les nouveaux locaux de l'association SOLEO, Franck, Ahmed ou Nadia raconte leur parcours au sein de l'association.
Descriptif Image
Devant les nouveaux locaux de l'association SOLEO, Franck, Ahmed ou Nadia raconte leur parcours au sein de l'association.
Texte

La Ville a mis a disposition de l’association Solidarité pour l’emploi à Échirolles-Ouest (SOLEEO), qui œuvre à la réinsertion sur le marché du travail de personnes au chômage de longue durée, les anciens locaux de la maison pour l’égalité femmes-hommes, dans le quartier de la Luire. Soleéo incarnera le projet Territoires zéro chômeur de longue durée si la candidature d’Échirolles à cette expérimentation est retenue. Cette expérimentation initiée par ATD Quart Monde avec le Secours catholique, Emmaüs France, Le Pacte civique et la Fédération des acteurs de la solidarité entend démontrer qu’il est possible à l’échelle des territoires, sans surcoût significatif pour la collectivité, de proposer aux personnes “durablement privées d’emploi”, un CDI, en développant des activités répondant aux besoins du territoire.
Ce projet pourrait permettre à ce secteur d’Échirolles qui compte 9400 habitants d’éradiquer le chômage sur ce territoire”, affirme Pierre Labriet, On a déposé le dossier de candidature en juillet, l’instruction se fera en septembre. “C’est une famille et beaucoup d’espoir”, témoigne Franck, impliqué dans le projet et à la recherche d’un emploi. “Une chance de renouer avec l’emploi”, ajoute Nicole, bénévole à l’association.
En attendant le verdict, les locaux ont été débarrassés et vidés par un chantier de jeunes cet été. Il vont bientôt être aménagés et équipés.