Array ( [valeur] => 2 [couleur_html] => #50ccaa )

Centre de vaccination de Comboire : La vaccination fait sa rentrée

Thématique actu

Centre de vaccination de Comboire : La vaccination fait sa rentrée

Tag(s)
Tags
Santé
Publié le 31 août 2021
Modifié le 1 septembre 2021
Résumé actualité
Un centre de vaccination éphémère a été organisé ces lundi 30 et mardi 31 août sur la zone de l’Espace Comboire. L’occasion, pour certain-es, d’en profiter pour se faire vacciner avant la rentrée.
Paragraphs
Image
Image
Une quinzaine de personnels médicaux du CHU et cinq bénévoles de la Croix-Rouge ont été mobilisés durant ces deux jours de vaccination pour accueillir le public.
Descriptif Image
Une quinzaine de personnels médicaux du CHU et cinq bénévoles de la Croix-Rouge ont été mobilisés durant ces deux jours de vaccination pour accueillir le public.
Texte

Comme pour tous les centres de vaccination éphémères organisés en France dans le cadre des dispositifs “Aller vers” de la campagne de vaccination nationale contre le Covid-19, l’objectif de celui installé à Comboire les 30 et 31 août par la Préfecture, l’ARS, le CHU, l’association des commerçants de Comboire et la Ville était simple : Profiter d'une opportunité, ici du flux de client-es provoqué par les achats de rentrée, pour leur proposer une vaccination sans rendez-vous, ouverte à toutes et tous. Une vaccination qui ciblait cependant plus particulièrement les 12-17ans, moins vaccinés.
Et si le bilan de la première demi-journée apparaissait comme mitigé au premier abord – un peu plus d’une trentaine de vaccination à 14h, des personnes travaillant sur site et des enfants essentiellement selon l’une des infirmières du CHU mobilisée –, les explications existent.

Un bilan à nuancer

Ça baisse de partout, l’embellie de juillet est retombée. Le problème n’est plus de trouver des lieux de vaccination, ce n’est plus le débat, constatait le maire Renzo Sulli venu visiter le site avec la première adjointe Amandine Demore et l’adjointe aux solidarités Sylvette Rochas. Il y a nécessité de continuer à informer pour convaincre que la vaccination est la solution pour soi même et les autres”.
Même tonalité pour Anne Tonoli, directrice des soins infirmiers en charge de la campagne vaccinale au CHU. “Nous sommes forcément un peu déçus. Nous avions prévu de quoi vacciner 500 personnes par jour et mobilisé une quinzaine de personnel, en plus des bénévoles de la Croix-Rouge. C’est une désaffection, comme à Alpexpo où nous faisons 1 500 vaccinations par jour pour 4 000 doses. C’est généralisé. On arrive dans le dur des personnes qui ne veulent pas se faire vacciner, qui ne sont pas convaincues.

Image
Image
Le maire Renzo Sulli, accompagné de la première adjointe Amandine Demore et de l'adjointe aux solidarités Sylvette Rochas, ont remercié les personnels du CHU et les bénévoles de la Croix-Rouge pour leur mobilisation, et les commerçant-es de l'association de Comboire pour leur accueil.
Descriptif Image
Le maire Renzo Sulli, accompagné de la première adjointe Amandine Demore et de l'adjointe aux solidarités Sylvette Rochas, ont remercié les personnels du CHU et les bénévoles de la Croix-Rouge pour leur mobilisation, et les commerçant-es de l'association de Comboire pour leur accueil.

Une vaccination simple et à proximité

Informer et convaincre donc, à l’image de Giuseppe, 22 ans, et de sa mère Annie, vaccinée depuis le début de l’été. “J’ai vu l’information sur le panneau de la mairie. C’était simple et à proximité, explique Annie. Au début, Giuseppe ne voulait pas se faire vacciner, mais il a pris conscience que ça allait être difficile de ne pas l’être. Alors je lui ai proposé de venir…
Proposition que Giuseppe, en reprise d’étude et amateur de sorties, a accepté. “Je suis venu parce sans le pass sanitaire, je ne peux plus faire grand-chose. Je savais que ça allait m’embêter, que le pass allait vite devenir obligatoire. C’est aussi histoire d’être un peu plus libre.” Au final, une fois vacciné, Giuseppe n’avait qu’un mot à la bouche : “Je suis soulagé !” Visiblement, sa maman aussi…
Et comme le rappelait Anne Tonoli, “95 % des gens actuellement en réanimation ne sont pas vaccinés”. Un chiffre à méditer.

Image
Image
Le soulagement pouvait se lire dans les yeux de Giuseppe après sa vaccination. Un sentiment largement partagé par sa maman Annie. Plus qu'à attendre la seconde...
Descriptif Image
Le soulagement pouvait se lire dans les yeux de Giuseppe après sa vaccination. Un sentiment largement partagé par sa maman Annie. Plus qu'à attendre la seconde...
Titre
Centre de vaccination éphémère : pour une rentrée vaccinée
Vidéo