Artelia : “un projet urbain et une gouvernance partagés”

Thématique actu

Artelia : “un projet urbain et une gouvernance partagés”

Tag(s)
Tags
Economie
Projets urbains
Publié le 12 octobre 2017
Modifié le 16 octobre 2017
Résumé actualité
La signature du protocole d’accord entre le groupe Artelia, la Métropole et la Ville d’Echirolles, est sans nul doute une étape déterminante du développement métropolitain et, en particulier, de la ville d’Echirolles. Le potentiel d’activités économiques, de logements et de services annoncé conforte le devenir de la centralité Sud.
Paragraphs

Il y a loin de la coupe aux lèvres, mais ce qui s’est passé dans les locaux de la Métropole mercredi matin n’est pas qu’un trait d’esprit. Le protocole tripartite porte sur les fonts baptismaux la valorisation du site du groupe Artelia, un projet urbain “en faveur de l'innovation, de l'emploi et de la qualité de vie”, d’une surface de plancher totale de 76 000 m2. L’humeur est ambitieuse. D’une seule voix, les trois partenaires parlent ni plus ni moins d’un “nouveau quartier” en germe, le fruit de “dix ans de réflexions et de négociations”.

Un projet mixte

Sur une surface de 17 000 m2, le groupe industriel va reconstruire le siège de sa filiale Artelia Eau et Environnement et localiser son nouveau centre de recherche et d’innovation (aujourd’hui à Pont-de-Claix), qui a vocation à devenir un espace d’échanges ouvert à des partenaires locaux et internationaux. Propriétaire de la globalité des terrains, Artelia investira 25 millions d’euros pour ces réalisations.
Le projet comporte également 480 logements sur 33 000 m2, des résidences services sur environ 10 000 m2, dont la moitié à destination des seniors, 1 500 à 2 500 m2 de commerces ainsi que 13 000 m2 réservés à des activités tertiaires et autres start-up.

Image
Image
Le site d'Artelia vue de haut
Descriptif Image
Le site d'Artelia, longeant la rocade Sud sur Echirolles, se situe au sein de la centralité Sud aux forts potentiels de développement.

Une dynamique territoriale

“Héritier d’une histoire industrielle centenaire, notre groupe est fier de reconnaître ses racines grenobloises”, a remarqué Jacques Gaillard. Dépassant la seule dimension affective et justifiant un peu plus “la volonté de demeurer sur le site”, le président d’Artelia a souligné “la richesse du tissu économique et universitaire, auquel nous sommes en permanence connectés”, ainsi que “la culture internationale dans l’ADN de la région grenobloise”. Selon Benoît Clocheret, le directeur général, “la signature du protocole est une étape importante, le début d’un chemin”. Ce projet a “une intelligence collective au service de l’intérêt général. Sa dynamique montre que le territoire métropolitain demeure attractif et confirme que la centralité Sud dispose de grandes potentialités”, a remarqué Christophe Ferrari, le président d’Alpes-Grenoble Métropole.
Le site d’Artelia épouse en effet ce qui est l’un des pôles stratégiques majeurs de la métropole grenobloise. “Il en sera la locomotive, aux côtés du renouvellement urbain, social et environnemental conjoint des Villeneuve de Grenoble et Echirolles, des programmes d’avenir sur le site d’Atos, dont le permis est déposé, des développements du pôle multimodal de la gare ou encore d’Alpexpo. Tous ces projets vont tirer la centralité Sud vers le haut”, a affirmé le maire Renzo Sulli, vice-président de la Métropole. Exprimant sa “profonde satisfaction de voir émerger ces déploiements extrêmement positifs”, Renzo Sulli a ajouté qu’ils “contribueront à changer l’image des quartiers de vie au sein de la centralité Sud”.

JFL

Image
Image
La signature du protocole d'accord par les représentants du groupe Artelia, Christophe Ferrari, président de la Métropole, Renzo Sulli, maire d'Echirolles et vice-président de la Métropole
Descriptif Image
De gauche à droite : Benoît Clocheret et Jacques Gaillard, directeur général et président d’Artelia, Christophe Ferrari, président d’Alpes-Grenoble Métropole, Renzo Sulli, maire d’Echirolles et vice-président de la Métropole.

Calendrier prévisionnel du projet

> Dans les prochaines semaines, le protocole d’accord sera suivi d’un deuxième document avec les investisseurs — essentiellement rhônalpins — qui accompagneront le projet.
> Une phase d’études aboutira au dépôt du permis d’aménager du site au cours du deuxième semestre 2018.
> Attribution du premier permis de construire et début des travaux en 2019.
> La livraison du siège de la filiale Artelia Eau et Environnement ainsi que du laboratoire de recherche et d’innovation est prévue en 2022-2023.
> L’achèvement du projet urbain n’interviendra pas avant une bonne dizaines d’années en fonction de l’évolution de l’économie et du marché immobilier.