Array ( )

Menaces contre trois policiers nationaux : réaction de Renzo Sulli, maire d’Echirolles

Thématique actu

Menaces contre trois policiers nationaux : réaction de Renzo Sulli, maire d’Echirolles

Tag(s)
Tags
sécurité
Publié le 26 avril 2021
Modifié le 29 avril 2021
Paragraphs

Devant les menaces proférées samedi par voie d’affichage à l’encontre de trois policiers nationaux au sein du quartier de la Viscose, je souhaitais faire part de ma plus ferme condamnation de cette mise en cause du travail réalisé par les forces de police nationale auprès des habitant-es de la ville d’Échirolles. Ces agent-es qui agissent en effet au quotidien pour combattre le trafic qui génère violence et intimidation comme les actes d’incivilité avec les tirs de mortiers d’artifice et les rodéos urbains.

Nous le savons, l’agitation des délinquants est souvent à la mesure des actions menées sur le terrain pour combattre leurs actes illicites et je veux donc ici saluer le travail acharné et continu de toutes les forces de sécurité, que ce soit la police nationale ou notre police municipale, et nos agent-es de prévention.

Les élu-es, les services de police et ceux de la Ville sont déterminés à continuer de permettre à chaque citoyen-ne de vivre paisiblement dans les quartiers d’Échirolles. Ceux-ci appartiennent aux habitant-es et non à une poignée de délinquants, qui pourrissent la vie des honnêtes gens.

Ce type d’acte – notamment dans un quartier qui a tout pour être tranquille – montre la nécessité d’une plus grande présence des forces de l’ordre sur le terrain. Nous espérons que cela se réalise avec l’arrivée des 6 postes d’éducateurs spécialisés, les 6 adultes-relais sur notre territoire, ainsi que les effectifs supplémentaires de la police nationale sur notre circonscription de police. J’ai d’ailleurs écrit le 20 avril dernier à M. le Préfet de l’Isère pour lui faire part de ma satisfaction, mais également appeler de mes vœux à ce que ces nouveaux policier-es puissent être des agent-es de terrain orientés vers nos quartiers qui en ont le plus besoin, au regard notamment de la tension qui agite ces secteurs depuis le début de la pandémie, les couvre-feux et les confinements qui se succèdent.

Je veux témoigner de mon soutien total aux agents de police visés par ces actes malveillants, et également à leur famille. Ni l’intimidation, ni les menaces ne sauraient entamer notre détermination pour la tranquillité des Échirollois-es.