Array ( )

Risques et alertes

Texte accroche
On recense deux types de risques majeurs. Les risques technologiques (rupture de barrage, risques industriels ou nucléaires..) et les risques naturels (inondations, séisme...)
Paragraphs

L'alerte

En cas de danger imminent, l'alerte est donnée par une sirène émettant un son de trois fois 1 minute 41, espacé de 5 secondes de silence. La fin de l'alerte est annoncée par un signal continu de 30 secondes.

Pour donner l'alerte :

  • Pompiers : 18 ou 112
  • Samu : 15 ou 112
  • Police : 17

Voir la page Infos d’urgence

Pour recevoir les alertes : abonnez-vous

Dans le cadre de la mise en œuvre de son plan communal de sauvegarde et du plan de prévention canicule, le ville est dotée d'un dispositif permettant d'avertir en simultané par téléphone, mobile, fax ou mail les Echirollois-es. Ce dispositif a pour objectif d'améliorer la transmission massive et rapide des alertes et des consignes. Ce dispositif recense automatiquement les abonnés à France Telecom figurant dans l'annuaire officiel.

Les personnes inscrites sur les listes rouge et orange ou dépendant d'un autre opérateur que France Telecom ne sont pas inscrites dans l'annuaire du dispositif. Si vous ne figurez pas dans l'annuaire France Telecom, ou si vous désirez être appelé sur un autre numéro ou média, vous pouvez être averti en vous inscrivant de façon volontaire sur ce formulaire d'abonnement en ligne

Le plan communal de sauvegarde (PCS)

Depuis 2005, la ville est dotée d'un Plan communal de sauvegarde (PCS). Ce plan a pour but l'organisation concrète des mesures de sauvegarde et l'accompagnement des populations en situation de crise. Le PCS définit précisément les missions des élus, des responsables administratifs et techniques. Des exercices de simulation sont organisés au sein des services de la ville, une fois par an mais également avec les services de l'Etat sur des thèmes particuliers (ex : risques d'inondation). Le Plan communal de sauvegarde s'intègre si nécessaire dans le plan ORSEC dirigé par le Préfet et déclenché par la Préfecture.

Image
Image
Affiche décrivant les bonnes attitudes à adopter en cas d'accident. Nous devons écouter l'alerte, se mettre à l'abri, écouter la radio pour se tenir informé. Nous ne devons pas téléphoner ni aller chercher les enfants à l'école.
Texte

Face aux risques ayons les bons réflexes

Pour adopter les bons réflexes, consultez le site www.lesbonsreflexes.com, téléchargez la plaquette des risques industriels sur l'agglomération grenobloise et regardez les vidéos "Ayons les bons réflexes" en fin de page.

 

 

Quels sont les risques majeurs à Echirolles ?

Les risques technologiques :

Les accidents industriels existent notamment en lien avec la plateforme de Pont-de-Claix. Cependant, des travaux réalisés au sein de la plateforme réduisent le risque à la source. L'État vient de mettre à jour sa carte et la ville d'Echirolles n'est plus située dans le périmètre d'exposition aux risques technologiques. Si un accident devait déborder de la plateforme, le Plan Particulier d'intervention (PPI) est déclenché, sous la direction du Préfet.

Concernant, le risque nucléaire, on compte 4 installations dans le département : le Commissariat à l'énergie atomique de Grenoble, l'Institut Paul-Langevin à Grenoble, les centrales de Creys Malville et de Saint-Alban-Saint-Maurice. En cas d'accident le PPI serait également déclenché.

La proximité des industries chimiques génère un flux de produits dangereux important sur l'A480, la Rocade-Sud, la RN 75 et les voies ferroviaires. Aussi, les industriels, les transporteurs les institutions et l’État se sont coordonnés afin de mettre en place des itinéraires recommandés sur des horaires particuliers pour limiter au maximum les risques liés au transport de ces marchandises dans la région grenobloise.

L'agglomération et la Ville sont soumises au risque de rupture de barrages.
Dès qu'il y a une rupture de barrage, le Plan Particulier d'intervention est mis en place sous la direction du Préfet.
Ce plan prévoit une mise en relation étroite entre les gestionnaires du barrage, l'État, les collectivités locales, les forces de polices et de gendarmerie et les pompiers, de manière organiser au mieux l'évacuation des populations de la Métropole.

Les risques naturels :

L'éboulement des ruines de Séchilienne est également un risque d'inondation. Une commission d'analyse et d'information, pilotée par le préfet, garantit la diffusion régulière de l'information.

Les tremblements de terre sont un risque présent dans les Alpes. Echirolles est en zone de sismicité de niveau 4 qui correspond à un niveau de risque moyen.

Les aléas météorologiques (pluie intense, neige, verglas, vents violents) font aussi partie des risques majeurs. Météo-France informe la population et attire l'attention sur les dangers.

 

Le DRAC et le risque d'inondation

Au fil du siècle dernier, le Drac qui ravageait la plaine a été canalisé le long du Vercors grâce à l'élévation de digues et la création de barrages en amont de l’agglomération grenobloise mais pour autant cette rivière demeure sujette à des risques de crues.

C'est pourquoi les ouvrages de protection édifiés en vue de protéger la population, limiter les dommages et faciliter le retour à la normale après une éventuelle inondation du bassin versant Drac-Romanche font l'objet d'une attention continue, mais malgré cette vigilance la possible défaillance des digues ou la survenue d'une crue exceptionnelle ne sont jamais à écarter totalement.

De plus, face aux conséquences probables d'un dérèglement climatique à long terme, l’État et les collectivités territoriales (Métro, communes et Département) ont été conduits à prendre des dispositions, en vue de renforcer la protection de la population installée le long des 17 communes qui bordent le DRAC en aval du barrage de Notre Dame de Commiers.

Ainsi, 2 démarches récentes ont été initiées simultanément en 2018.

La première par l’État, pilotée par le Préfet de l'Isère qui a établi un plan de prévention des risques d'inondation. Ce règlement impose un certain nombre de contraintes aux communes et à la Métropole notamment en termes d'urbanisation en zone potentiellement inondable et dans le cadre de la protection des biens et des personnes.

La seconde initiative est gérée par la Métropole suite au transfert d'une nouvelle compétence exercée jusqu'alors par l’État : la GEMAPI gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations.

Dans le cadre de cette compétence, la Métropole élabore en concertation avec les communes concernées un programme d'actions de prévention pour le Drac et sur la période 2021-2026. Ces actions et travaux visent à limiter les conséquences de la survenue d'une crue exceptionnelle, très rare mais inévitable à long terme.

A titre d'exemple nous pouvons citer : une meilleure coordination des plans communaux de sauvegarde avec tous les autres acteurs impliqués en cas de gestion de crise ou la réalisation de travaux tels que la création d'espaces de rétention dynamique en amont, le reprofilage du fond du lit de la rivière ou bien encore la modification de la géométrie des digues.

Bien entendu, la ville d’Échirolles est très impliquée et active dans ces différents projets.

Télécharger le DICRIM en cours d'actualisation

Pour aller plus loin

  • Glossaire sur les risques majeurs proposé par l'Institut des risques majeurs : irma-grenoble.fr
  • Explications sur les signaux d'alerte sur : interieur.gouv.fr
  • Article sur la nouvelle application d'alerte gouvernementale SAIP (système d'alerte et d'information des populations) sur isere.gouv.fr
    • Cette première version disponible sur Apple Store et Google Play permet d’être alerté, via notification sur son smartphone, en cas de suspicion d’attentat ou d’événement exceptionnel (accident de sécurité civile) susceptible de résulter d'un attentat.
  • Informations risques majeurs

Face aux risques industriels ayons les bons réflexes