Array ( )

La Rue des cultures entre en piste

Thématique actu

La Rue des cultures entre en piste

Tag(s)
Tags
Culture
danse
musique
Dcap
Covid-2021-la commune
Publié le 19 mars 2021
Modifié le 14 avril 2021
Résumé actualité
La Ville propose à des artistes échirollois de réinvestir l’espace public pour mener de courtes parenthèses poétiques et artistiques afin retrouver une scène d’expression et le partage avec le public.
Paragraphs
Image
Image
L'adjointe à la culture Jacqueline Madrennes donne le coup d'envoi de la première bulle artistique et poétique sur le parvis de l'hôtel de ville. Derrière elle nous voyons le groupe de saxophonistes se mettre en place.
Descriptif Image
L'adjointe à la culture Jacqueline Madrennes donne le coup d'envoi de la première bulle artistique et poétique sur le parvis de l'hôtel de ville.
Texte

Un triporteur et des bulles...

Si, dans les semaines qui viennent, vous avez la chance de croiser la route d’un triporteur jaune au détour d’une rue, sur une place ou dans un parc, en sortant de chez vous, du travail ou de l’école, ne soyez pas surpris : arrêtez-vous quelques instants, et laissez-vous surprendre et emporter par ce que vous proposeront les artistes.
Il s’agira en effet de l’une des bulles artistiques et poétiques éphémères imaginées par la Direction du service des affaires culturelles de la Ville. L’objectif est de permettre à des artistes locaux, amateur-es ou professionnel-les, de retrouver un terrain d’expression sur l’espace public après la fermeture des musées, salles de cinéma et de spectacle. Et à vous, habitant-es, simples passant-es, de redevenir, l’espace d’un instant, spectateur-trices...

Le plaisir retrouvé

Ces premières bulles éphémères ont – joliment – flottées ce jeudi 18 mars, à midi, lors de la pause déjeuner, sur le parvis de La Rampe et la place des Cinq Fontaines, sous un beau soleil, et devant un « public » ravi. Tout autant que les artistes eux-mêmes. “Ça fait du bien de retrouver et de jouer ensemble, dehors, en plein air. Ça permet de se remotiver, de retrouver du plaisir, expliquaient ainsi en chœur Maurice et François, deux des saxophonistes des Beaux becs, le groupe du SIM Jean-Wiéner. Ça permet de partager. Car sans partage, la musique ne sert à rien...”
Quand on leur a posé la question de leur participation, ils ont tout de suite dit oui. Ils sont vraiment chauds ! abonde Pierre-André Floquet, leur professeur. Au début, ils avaient un peu peur de mal jouer, de ne pas avoir assez répété… Mais cette proposition a permis de débloquer les énergies”. Ça c’est vu, et entendu !

Image
Image
Sur le parvis de l'hôtel de ville, les Beaux becs, groupe de saxophonistes du CRI Jean-Wièner, donnent un mini concert en plein air. Des passant-es s'arrêtent, regardent, profitent de ce moment.
Descriptif Image
Les saxophonistes des Beaux becs, du SIM Jean-Wièner, ont retrouvé le plaisir de jouer ensemble, devant un public, en plein air... Un plaisir partagé !

Image
Image
Alan, danseur du groupe Soo7kill, danse sur le parvis de La Rampe, le triporteur de La Rue des cultures en arrière plan.
Descriptif Image
Le parvis de La Rampe a servi de scène aux pas chaloupés d'Alan, alias Wanorth, danseur des Soo7kill. Une bulle de bonheur...

Texte

Débloquer les énergies

Elle a libéré les énergies des saxophonistes, comme celles d’Alan Wothor, alias Wanorth, danseur du groupe Soo7Kill. “Tu arrives quelque part, tu danses, tu repars… J’ai trouvé le concept génial, assure Alan après avoir chauffé la place des Cinq Fontaines, et avant de rallier le parvis de La Rampe pour une autre prestation éphémère.
Une scène à la hauteur de ses attentes. “Ça fait du bien de ne pas faire que s’entraîner ou donner des cours, poursuit ce professeur de danse qui a animé la Semaine artistique proposée à de jeunes Échirollois-es durant les vacances de février. On est bloqué à cause du Covid. Là, on touche différents types de personnes, on danse librement, sans masque, sans contrainte. Et ça permet de se remettre en condition de spectacle”.
Et il est bien là, l’essentiel, pour la culture et les artistes échirollois-es. Alors si vous croisez un triporteur jaune, arrêtez-vous...

La Rue des cultures
Mode d'emploi

Comme vous l'aurez – sans doute –, compris, La Rue des cultures ne propose pas de programmation a priori, ni d'annonce, afin de respecter les règles sanitaires en vigueur et ne pas provoquer d'attroupements.
Alors, si vous n'avez pas repéré le triporteur jaune, et que vous n'avez pas été au bon endroit, au bon moment, vous pouvez toujours retrouver les prestations des artistes sur la page Facebook et la chaîne YouTube de la Ville. Vous pouvez également vous rendre sur la page du site Internet qui lui est consacrée. Bonne séance !