Array ( [valeur] => 2 [couleur_html] => #50ccaa )

Nouveaux locaux de Soléeo à Échirolles Ouest : un pied-à-terre pour décoller

Thématique actu

Nouveaux locaux de Soléeo à Échirolles Ouest : un pied-à-terre pour décoller

Tag(s)
Tags
emploi
Publié le 18 novembre 2021
Modifié le 21 décembre 2021
Résumé actualité
Mardi, Soléeo a inauguré sa nouvelle adresse, rue Picasso, au cœur du quartier Ouest. L’association, qui pourrait créer des emplois sur le territoire s'il est sélectionné pour participer à l’expérimentation Territoires zéro chômeur de longue durée, consolide ainsi sa candidature au projet.
Paragraphs
Image
Image
L'association Soléeo a inauguré ses nouveaux locaux au 2, rue Picasso.
Descriptif Image
L'association Soléeo a inauguré ses nouveaux locaux au 2, rue Picasso.
Texte

Après avoir mobilisé les habitants lors de la Grève du chômage le 9 novembre, Soléeo, (Solidarité pour l’emploi Échirolles Ouest), a inauguré ses nouveaux locaux, mis à disposition par la Ville, au 2 rue Picasso. En prenant place dans les 260m2 de l’ancienne Maison de l’Égalité femme homme (transférée au 12, avenue des États Généraux, NDLR), l’association va pouvoir “prendre une nouvelle dimensionet pourra “rapidement démarrer son activité après l’habilitation”, a noté le maire, Renzo Sulli.
Soléeo préfigure en effet l’« entreprise à but d’emploi » qui émergera si la participation au projet Territoires zéro chômeur de longue durée (TZCLD) est acceptée. Cette expérimentation, imaginé par un collectif d’associations, dont ATD tiers monde et Emmaüs, a vu le jour en 2016. “Le but est de donner un emploi durable à des personnes privées d’emplois depuis longtemps et de pouvoir les sortir durablement de la précarité et du chômage. On veut proposer des emplois non délocalisables, qui répondent à des besoins existants, en CDI et à temps choisi. On veut que ces personnes soient fières de participer au marché du travail, qu’elles se sentent utiles à la société et qu’elles retrouvent la dignité, décrit Claire Dupin.

Pour faire émerger ce que la nouvelle directrice de l’association qualifie “d’utopie à qui donner une réalité, TZCLD renverse la logique actuelle de prise en charge du chômage: L’idée est que tout l’argent qui sert à financer le chômage, le RSA* et les aides sociales soit redirigé vers de la création d’emploi”, expose Loëva Labye, cheffe de projet TZCLD pour la Métropole, qui soutient le projet avec la Ville et les partenaires de l’emploi.

Image
Image
Georges Van Billoen, président de Soléeo, Mario Bellone, ancien président et bénévole, Claire Dupin, la directrice.
Descriptif Image
Georges Van Billoen, président de Soléeo, Mario Bellone, ancien président et bénévole, Claire Dupin, la directrice.

“L'emploi qui s'adapte à la personne”

Concrètement, les territoires habilités à suivre l’expérimentation reçoivent une contribution directe de l’État. Dans le cas d’Échirolles Ouest, c'est Soléeo qui deviendra “entreprise à but d’emploi” et qui utilisera cette dotation pour recruter : “L’entreprise embauchera sans sélection, la seule condition est d’être privé d’emploi depuis plus d’un an et d’habiter le quartier”, informe Georges Van Billoen, le nouveau président de l’association, “Chaque personne recrutée, à partir de ses compétences, de son vécu, de ses appétences, est capable de réaliser des choses.” Nicole, bénévole de Soléeo, ajoute: “Grâce à leur connaissance fine du territoire, ces personnes identifient, avec les habitants, des besoins qui ne sont pas déjà remplis par la secteur public ou privé, car le but n’est pas de rentrer en concurrence avec une activité qui existe déjà. À partir de là, on crée une activité et de l’emploi : ce n’est pas la personne qui doit correspondre à l’emploi mais l’emploi qui s’adapte à la personne.”
Parmi les activés potentielles déjà repérée par les personnes privées d’emploi qui se sont rapprochées de Soléeo, on note des ateliers de réemploi, de revalorisation de déchets, de réparation cycle ou de services à la personne: “On connaît les spécificités du quartier, on a repéré qu’il y avait un certain nombre de personnes âgées, il y a des aides à leur apporter pour leur faciliter le quotidien, analyse Mario, sans-emploi et ancien président de Soléeo. Il a laissé sa place pour pouvoir être “ la première personne embauchée par l’entreprise”.
Si Soléeo est habilitée à suivre l’expérimentation TZCLD, l’association devenue entreprise projette de créer 25 emplois équivalents temps plein par an. Le projet durant cinq ans, c’est au moins 125 emplois équivalent temps plein qui pourraient voir le jour sur le quartier d’Échirolles Ouest. “Ces emplois vont créer une dynamique économique sur le territoire. Au bout du compte, c’est bien plus d’emplois qui pourraient émerger”, conclut Loëva Labye.
L’habilitation est attendue pour fin janvier.

 

Titre
Soléeo dans ses locaux
Vidéo