Array ( [valeur] => 2 [couleur_html] => #50ccaa )

“Mauthausen”, décrypter et comprendre

Thématique actu

“Mauthausen”, décrypter et comprendre

Publié le 3 octobre 2018
Modifié le 4 octobre 2018
Résumé actualité
Echirolles a accueilli la présentation du sixième volet de la collection “Après l’ère des témoins”, consacré au camp de Mauthausen. La publication invite “à transmettre toujours l’appel à l’humain, à la conscience et à la vigilance, pour l’avenir”.
Paragraphs

Après la parution de l’ouvrage consacré à Auschwitz en janvier 2017, l’association iséroise des Amis de la Fondation pour la mémoire de la Déportation (AFMD) vient d’éditer le sixième et avant-dernier livret, “Mauthausen-Après l’ère des témoins”, d’une collection sur les camps de concentration et d’extermination durant la Seconde Guerre mondiale. Entamé avec le camp de Natzweiler-Struthof en 2009, ce travail de mémoire exemplaire en tous points de vue s’était poursuivi avec Buchenwald, Ravensbrück, Sachsenhausen. Il s’achèvera avec un volume consacré à Dachau prévu pour 2019.

Image
Image
Serge Radzyner au côté du maire Renzo Sulli, d'Olivier Vallade et Guillaume Ribot
Descriptif Image
Le sixième volet de la collection “Après l’ère des témoins” a été présenté par Serge Radzyner, président de l’AFMD-Isère, aux côtés du maire Renzo Sulli, de Jacqueline Madrennes, adjointe déléguée au travail de mémoire, Martine Jullian, conseillère municipale de Grenoble déléguée au patrimoine historique et mémoire, Yves Contreras et Aurélien Rahon, vice-présidents de l’AFMD-Isère.
Image
Image
La salle durant la présentation du livret
Texte

“Un travail de mémoire en profondeur”

Adhérente à la Fondation, la Ville d'Echirolles soutient la démarche éditoriale et a accueilli la présentation officielle du livret. “Une démarche militante, pas seulement intellectuelle”, a précisé Serge Radzyner, le président de l’AFMD-Isère, aux côtés de l’historien Olivier Vallade et de Guillaume Ribot, photographe et graphiste, concepteur-réalisateur. “Ce travail nous conduit à réfléchir à l’effacement des traces, à la transmission de ce qui ne se voit plus, n’est plus. Nous effectuons un travail de mémoire en profondeur qui relie le passé à l’avenir, en passant par le présent. Je pense aujourd’hui, entre autres, à la question des migrants, à un certain type de langage que nous devons combattre, qui se lâche, qui fait honte, car il en appelle à la haine raciale, à l’homophobie”, a ajouté Serge Radzyner. Qui a invité la salle à se joindre à la Semaine Mémoires et Résistances qui se déroulera à Seyssins, du lundi 11 au vendredi 15 mars 2019. “Racontez l’Histoire, pensez la Paix, c’est un récit et une vision d’inspiration philosophique et humaniste de ce que doit être notre société.”

Puissance d’évocation

Président de l’association des Amis du musée de la Résistance et de la Déportation, petit-fils de la résistante Lucie Aubrac, l’historien Olivier Vallade a établi un rapide historique du camp de Mauthausen, commentant à la fois ses traits communs avec d’autres camps et ses particularités. Un camp qui “ne se distingue pas d’une certaine façon des autres, tant par son installation et ses structures, que son organisation, son fonctionnement”.
On souscrit, comme le signale la quatrième de couverture du livret, à “la puissance d’évocation des documents, soulignée par les prises de vues contemporaines qui les accompagnent : un regard qui permet aux visiteurs, et aux plus jeunes, de décrypter ces lieux, d’en comprendre l’histoire tragique”. Pour le maire Renzo Sulli, “c’est pour ne jamais oublier, toujours se souvenir et combattre l’horreur, que nous présentons cet ouvrage capital, ce travail titanesque de la collection”. Et d’ajouter, avouant sa “plus grande inquiétude”, que “nous voyons ressurgir les nationalismes, la xénophobie, le racisme, l’islamophobie, l’antisémitisme de partout en Europe”. Ce qui conforte les enjeux et l’importance d’une telle collection.

JFL

La collection “L'ère des témoins” est consultable dans le réseau des bibliothèques d'Echirolles.
Chaque volume est en vente au musée de la Résistance et de la Déportation à Grenoble, ainsi qu'auprès de l'association iséroise des Amis de la Fondation de la mémoire de la Déportation (06 85 34 08 17, s.radzyner@wanadoo.fr).