Array ( [valeur] => 2 [couleur_html] => #50ccaa )

Job dating à Échirolles : rendez-vous avec l’emploi pour plus de 120 jeunes

Thématique actu

Job dating à Échirolles : rendez-vous avec l’emploi pour plus de 120 jeunes

Tag(s)
Tags
emploi
insertion
Jeunesse
Publié le 1 juillet 2021
Modifié le 6 juillet 2021
Résumé actualité
La Mission locale sud Isère organisait mardi 29 juin à Échirolles un job dating. Cette action a permis de mettre en relation des entreprises désireuses de recruter et des jeunes candidats en recherche d’un emploi ou d'un contrat en alternance.
Paragraphs
Image
Image
Photo d'un job dating. Nous voyons Gwenaëlle Hamon, Responsable du service emploi à la Mission locale sud Isère, intervenir un micro à la main.
Descriptif Image
Gwenaëlle Hamon, Responsable du service emploi à la Mission locale sud Isère

Texte

13h45, le job dating organisé par la Mission locale sud Isère (MLSI) démarre dans un quart d’heure et déjà une vingtaine de personnes patientent derrière les portes de la salle des fêtes d’Échirolles. 180 jeunes entre 16 et 29 ans des communes du sud Isère ont été convoqués à ce job dating par nos partenaires de l’emploi, les services de la ville d’Échirolles, la Métropole et Pôle emploi notamment. Cet événement rentre dans le cadre du dispositif gouvernemental 1 jeune / 1 solution, précise Gwenaëlle Hamon, responsable du service emploi, relations entreprises et acteurs économiques à la MLSI. L'association organise au moins deux rendez-vous similaires dans l’année, un dédié au travail en intérim et l’autre à l’emploi et à l’alternance, comme ce jour-là. “Ce sont de vraies opportunités de rencontres pour les employeurs: les candidats ont été sélectionnés et préparés. Pour les jeunes, c'est l'occasion de découvrir des postes et éventuellement de décrocher un emploi à la clé.” Dans la salle, 25 stands sont alignés et au moins autant d’entreprises sont représentées. “De nombreux secteurs sont là, la grande distribution, le BTP, la restauration, les services à la personne, etc. Il y a des opportunités professionnelles du premier niveau de qualification à bac+5”, relève l'organisatrice.

Des valeurs communes

Ce job dating se détache des autres événements de ce type par sa référence au milieu sportif. Le sport est un domaine qui parle aux jeunes, au contraire du monde de l’entreprise qui peut les effrayer un peu. Nous avons souhaité désacraliser le milieu de l’entreprise en montrant que ces deux mondes ont des codes et des valeurs communes”, explique Gwenaëlle Hamon.C’est un parallèle que nous dressons souvent entre les deux milieux pour briefer les jeunes. En entreprise comme pour un entraînement ou une compétition, le jeune doit se préparer, venir un peu plus tôt pour se changer par exemple.”
C’est pourquoi l'événement était parrainée par Sarah Soilihi, championne du monde de kick boxing et championne de France de karaté. L’athlète de 28 ans est également responsable de projet Terre d’emploi chez Akto, l’entreprise de conseil en ressources humaines partenaire de ce job dating. “Je viens des quartiers nord de Marseille, j’ai étudié à la faculté d'Aix-Marseille. Je voudrais passer le message aux jeunes de ne rien lâcher. Comme dans la pratique sportive, il faut rester déterminer et savoir saisir les mains qui se tendent.” Une autre personnalité, Saïd Belhadj, entraîneur au club de boxe d'Échirolles, qui a combattu en équipe de France, était présent pour partager son expérience et montrer que plusieurs chemins peuvent mener à un même objectif :“Je n’ai pas le brevet ni le Bac, et pourtant avec mes deux BPJEPS et mon DEJEPS, j’ai un niveau licence !”, résume le sportif.

Image
Image
Photo d'un job dating. Nous voyons des recruteurs et des candidats, face à face. Tous sont masqués.
Descriptif Image
Plus de 120 jeunes ont été reçu par les entreprises présentes à ce job dating
Image
Image
Photo d'un job dating. Nous voyons des recruteurs et des candidats, face à face. Tous sont masqués.
Descriptif Image
La ville d'Échirolles recrutait lors de ce job dating
Texte

Découvrir de nouveaux secteurs

Les portes se sont ouvertes et des files se constituent devant les stands. Une chargée de ressources humaines pour l’agence d’intérim spécialisée dans le BTP, Ergalis Batiment, a déjà rassemblé quelques CVs “intéressants” : “On pourrait revenir chaque semaine tant les besoins sont grands dans le secteur.” Les chargées de recrutement d’une entreprise de services à la personne partagent ce ressenti : “On a du mal a recruter chez les jeunes, ils ont beaucoup d’apriori sur notre métier. Les missions sont pourtant variées et font appel à la relation à l’autre qui est souvent valorisante. Ce genre d’événement nous permet de leur parler vraiment de ce métier et de rencontrer des profils auxquels nous n‘aurions pas penser”. Elles viennent de prendre le CV d’une jeune fille qui a “peu d’expérience, mais des connaissances sur le sujet et qui est surtout très désireuse d’apprendre”.
Dalinda, coordinatrice de recrutement pour la ville d’Échirolles a réceptionné “une dizaine de CVs pour des postes actuellement ouverts”, mais aussi pour “couvrir les besoins de la rentrée sur le périscolaire notamment”. Le stand de l’Armée de terre, lui, est quasiment présent sur chaque job dating:L’armée ce n’est pas que des combattants, mais aussi des spécialistes qui sont là en soutien aux soldats. En 2021, nous recrutons 16 000 personnes dans tous les corps de métiers, sans qualification à bac + 5. Les contrats sont de 1, 3 5 ou 9 ans renouvelables. Quand à l’expérience, on ne va pas en demander aux jeunes, c’est nous qui allons leur en donner”, annonce la chargée de recrutement. “Mais ces postes demandent de partager d’autres prérequis, tels que le dépassement de soi, la discipline, les valeurs militaires.”

 

 

Intégrer tout le monde

Du côté des candidats, Myriam, 22 ans se réjouit d’avoir pu déposer trois CVs en une heure : “Beaucoup plus que lors d’une recherche à partir de chez soi”. D’autant plus qu’“à la maison, on a du mal à se lancer pour appeler, envoyer un email”, précise Jean-Pierre du même âge. “Cela permet de découvrir de nouveaux secteurs d’activité auxquels on ne pensait pas. Ça facilite les recherches”, commente Yohann, 21 ans. Il vient de rencontrer les charges de ressources humaines de Vêpres, un constructeur de salles blanches de l'agglomération.
Les élus de la Ville ont souligné l’ampleur de ce job dating: “Les entreprises étaient nombreuses et les jeunes mobilisés”, a noté Zaïm Bouhafs, adjoint aux projets jeunes à l'international et président de la MLSI. Pierre Labriet, adjoint à la jeunesse et au sport, qui représentait le Maire, a pointé l’importance de l’emploi dans l’intégration sociale.“Le travail est un élément structurant de notre société, avoir un travail c’est y avoir une place (…). C’est donc de notre responsabilité d’intégrer tout le monde en amenant tout le monde vers l'emploi.”
À l’issu de ce job dating, 267 entretiens s'étaient déroulés ayant débouché sur 128 propositions d’embauches, de contrats d'alternance, de stages ou de second rendez-vous.

Image
Image
Photo d'un job dating. Les organisateurs et les élu-es de la ville posent côte à côte
Descriptif Image
Les personnalités présentes à ce job dating à Échirolles

Titre
Job dating Emploi et alternance à la salle des fêtes d'Échirolles
Vidéo