Array ( )

Grand’place, un secteur urbain et économique en mutation

Thématique actu

Grand’place, un secteur urbain et économique en mutation

Tag(s)
Tags
Plan Local d'Urbanisme Intercommunal
Centralité Sud
Grenoble Alpes Métropole
Publié le 5 septembre 2018
Modifié le 27 septembre 2018
Résumé actualité
Après une première réunion publique début juillet, la visite sur site des futurs aménagements des espaces publics autour du projet de restructuration du centre commercial Grand’place a attiré une centaine de personnes. Et mobilisé les esprits lors d’un atelier et de sa synthèse qui ont suivi.
Paragraphs

Le projet du groupe Klépierre, propriétaire de Grand’place, devrait aboutir entre 2019 et 2022. On en connaît les principales lignes : outre la rénovation du centre existant et la réalisation d’un nouvel escalier — plus large, avec une double entrée, un escalator et la reprise des façades — au sud face à la patinoire, l’actuelle galerie reliant l’hypermarché Carrefour à Grand’place sera démolie pour la construction d’un nouveau bâtiment. Celui-ci abritera l’enseigne de vêtement Primark, quelques boutiques et des restaurants en rez-de-chaussée, ainsi qu’un parking au cœur, d’environ 80 places, réservé aux véhicules électriques ou en covoiturage et au stationnement de vélos… Budget global : 80 millions d’euros.
En ce qui concerne les espaces publics — 8,5 millions d’euros, soit 5,5 millions pour la Métropole et 3 millions pour Klépierre, participant à hauteur de 35 % dans le cadre du Projet urbain partenarial —, la concertation à l’initiative de la Métropole, qui a la compétence de la voirie, avait prévu une visite du site. Idéal pour une vision globale, appréhender plus concrètement la transformation des espaces publics, leurs enjeux et futurs usages.

Le programme s’affine

Au fil du circuit et d’étapes très studieuses, les représentants de la Métropole, des Villes d’Echirolles et Grenoble, ont exprimé la volonté “d’ouverture”, de “mobilité”, de “partager l’espace public”, de donner “plus de confort, une place plus équilibrée aux piétons et aux cycles, aux modes doux de déplacement”, de “s’appuyer sur les grands parcs et valoriser le paysage”, de “cultiver la diversité” et “conforter la vocation de pôle de vie”...
Les propositions — mises en débat — se sont affinées : démolition de l’autopont Marie-Reynoard entre Carrefour et Grand’place, remplacé par un mail nord-sud, “élément majeur” reliant les parcs Jean-Verlhac, à Grenoble, et Maurice-Thorez, à Echirolles ; aménagement d’un parvis paysager devant Grand’place au nord réorganisant les flux de circulation sur le cours de l’Europe ; réalisation d’un espace paysager au sud afin de qualifier l’aire de livraison face au quartier des Granges. Enfin, les circulations seront fortement repensées pour sécuriser les franchissements des voiries, faciliter l’accès de nouvelles entrées au niveau de la chaussée au complexe commercial Grand’place.
Reste en suspens le devenir de la passerelle Valmy : démolition ou maintien ? Aucun consensus ne se dégage vraiment pour l’instant, même si l’association des habitants des Granges a plaidé l’utilité de l’équipement pour les personnes à mobilité réduite, sans prendre plus partie.
Autre interrogation récurrente : la liaison avec Carrefour doit-elle être renforcée ? Une passerelle par exemple ? A suivre…

Pacification des espaces

Les futurs abords de Grand’place sont apparus plus clairement. Les pistes ne semblent pas figées : “Nous n’en sommes qu’aux études préliminaires”, a pris soin de rappeler un technicien. L’accueil des participants à la visite est plutôt favorable. A l’école d’architecture, lors de la synthèse des ateliers, les élus ont concentré les débats au sein du périmètre de la Centralité Sud, inscrite dans le marbre du développement de la métropole grenobloise, instaurant “un lien nouveau entre les communes de Grenoble, d’Echirolles et d’Eybens”. S’agissant des espaces publics, les élus ont souligné “une grande qualité des flux”, “une pacification des espaces de proximité plus fédérateurs”, “le traitement soigné du végétal”.
Vincent Fristot, adjoint à l’urbanisme et au logement/habitat de la Ville de Grenoble, a parlé d’une “nouvelle trame urbaine”. Le maire d’Echirolles Renzo Sulli a valorisé “un espace d’avenir, en mutation, aux fonctions métropolitaines”, un projet de vie qui a la vocation “d’effacer les barrières entre les territoires”.
Les habitants se sont fait les avocats d’une mobilité et d’une accessibilité partagées, d’échanges “au profit de toutes et tous”, d’une “vie de quartier animée” en journée comme en soirée. Ils souhaitent être informés, participer tout au long de la finalisation des projets, puis du déroulement des chantiers.
La phase de concertation vient de s’achever. Ses conclusions seront présentées le 28 septembre aux élues et élus métropolitains.

JFL