Array ( [valeur] => 2 [couleur_html] => #50ccaa )

Agriculture urbaine : D’un jardin à l’autre...

Thématique actu

Agriculture urbaine : D’un jardin à l’autre...

Tag(s)
Tags
Développement durable
Grenoble Capitale Verte Européenne 2022
Publié le 16 mai 2022
Modifié le 17 mai 2022
Résumé actualité
La Ville, avec les associations Jardins métissés et Cultivons nos toits, a organisé une visite des jardins collectifs d’Échirolles, ce dimanche, dans le cadre des 48 heures de l’agriculture urbaine.
Paragraphs
Image
Image
Une demi-douzaine de jardinier-ères amateur-es étaient déjà présent-es aux Jardin métissés, au Village Sud, avec les élu-es de la Ville venu-es les accueillir.
Descriptif Image
Une demi-douzaine de jardinier-ères amateur-es étaient déjà présent-es aux Jardin métissés, au Village Sud, avec les élu-es de la Ville venu-es les accueillir.
Texte

Dimanche après-midi, c’est sous la tonnelle ombragée des Jardins métissés du Village Sud que la Ville, les associations Jardins métissés et Cultivons nos toits avaient donné rendez-vous aux habitant-es pour débuter leur périple à travers les jardins collectifs de la commune. Organisée dans le cadre des 48 heures de l’agriculture urbaine, cette visite de deux des jardins partagés les plus emblématiques d’Échirolles – les Jardins métissés, en pleine terre, et les jardins sur les toits de l’immeuble Golden parc, aux Granges –, avait pour objectif de présenter aux participant-es différentes formes d’agriculture urbaine.
Le but est de faire le lien entre les amoureux du jardin, de les faire se rencontrer, de découvrir différents types d’agriculture urbaine, expliquait Sandrine Yahiel, conseillère municipale aux jardins citoyen. Nous voulons développer une synergie jardinière pour mettre en lien tous les jardiniers”. Une vingtaine d’habitant-es y ont pris part avec un plaisir non-dissimulé.

Développer une synergie jardinière

Au Village Sud, c’est sous l’ombre rafraîchissante d’un arbre, confortablement installés sur l’herbe après avoir dégusté un café ou une boisson fraîche à base de sureau et de mélisse, qu’ils ont pu s’initier à la fabrique de terreau pour semis.
Pour ce faire, ils ont suivis la “recettes” et les conseils avisés de Thibaut Chapus, président de l’association Cultivons nos toits : Mélangez un demi volume de terre de jardin, un quart de sable “pour permettre la pénétration des racines”, un autre quart de tourbe “pour bien tenir la terre”, et quatre cuillères de marc à café “non-moisi, pour nourrir et drainer, sans faire moisir les racines”. Tamisez bien le tout “pour obtenir un substrat fin et homogène”, et le “tour est joué”, assure Thibaut.
“C’est bien de pouvoir bénéficier des conseils d’un “vrai jardinier”, expliquait une cultivatrice amatrice dont la parcelle aurait pourtant de quoi faire pâlir de jalousie un “professionnel”. Ça permet d’échanger, de se nourrir de bonnes pratiques”.

Image
Image
Thibaut Chapus, de l'association Cultivons Cultivons nos toits, co-organisatrice de l'évènement, a animé un atelier de fabrication de terreau de semis et de plantation de plantes aromatiques, qui fait le lien antre les deux jardins.
Descriptif Image
Thibaut Chapus, de l'association Cultivons Cultivons nos toits, co-organisatrice de l'évènement, a animé un atelier de fabrication de terreau de semis et de plantation de plantes aromatiques, qui fait le lien antre les deux jardins.
Image
Image
Dans leur terreau, les jardiniers amateurs du Village Sud et des Granges ont semé des graines aromatiques, mais aussi celle de l'échange et du partage...
Descriptif Image
Dans leur terreau, les jardiniers amateurs du Village Sud et des Granges ont semé des graines aromatiques, mais aussi celle de l'échange et du partage...
Texte

Des “ponts” entre les jardins

Au final, chacun est reparti avec sa demi-boite d’œuf (!) remplie de terreau, direction les jardins en toiture de Golden Parc. Sur place, les jardiniers-habitants de l’immeuble ont accueilli et fait découvrir, avec bonheur, leurs jardins, luxuriants à cette époque de l’année, à leurs homologues du Village Sud. “Le jardinage, c’est le partage, l’échange de savoir-faire. Chacun ramène sa petite graine, et ça pousse !”, se satisfaisait Ahmed, pas peu fier de présenter sa parcelle, “la plus belle de toute”, débordante de plants de… fèves !
De petites graines de plantes aromatiques – thym, aneth ou encore de sauge… –, que les participantes ont finalement symboliquement plantés dans les semis préparés aux Jardins métissés, autour d'un goûter partagé. Une jolie façon de boucler la boucle, d’un jardin à l’autre !

Titre
Agriculture urbaine : D’un jardin à l’autre...
Vidéo