Stationnement en zone bleue : faire “respirer” le centre-ville

Thématique actu

Stationnement en zone bleue : faire “respirer” le centre-ville

Tag(s)
Tags
voiture
Publié le 10 juillet 2017
Modifié le 17 juillet 2017
Résumé actualité
L’expérimentation de stationnement en zone bleue au centre-ville démarrera à la rentrée. Le but est de favoriser la rotation des véhicules sur le secteur, afin de redonner de l’oxygène aux usager-ères.
Paragraphs
Image
Image
Réunion concertation expérimentation zone bleue
Descriptif Image
Les adjoints Daniel Bessiron, déplacements, et Alban Rosa, économie, ont présenté le projet d'expérimentation aux riverain-es, lors d'une réunion à l'hôtel de ville.
Texte

A la rentrée, il faudra s’y faire : les rues Normandie-Niémen, de Grugliasco au Champ-de-la-Rousse, Albert-Londres, du 8-Mai 1945 à d’Estienne-d’Orves, et les allées Joseph-Kessel et Paul-Féval seront partiellement — la partie centrale pour Niémen et Londres, côté clinique pour Kessel, côté hôtel de ville pour Feval – en zone bleue. Vous ne pourrez pas y stationner plus d’une heure trente, disque bleu européen faisant foi, entre 9 h et 17 h, du lundi au samedi, hors jours fériés, jusqu’à la fin de l’année. Une période d’expérimentation plutôt courte, sur un périmètre relativement restreint, conformément “au souhait de rester humble” des élu-es, Daniel Bessiron en tête, “pour se laisser le temps de la réflexion”.

Un effort collectif

L’objectif est de “donner de l’oxygène en matière de stationnement sur le secteur à tous les usager-ères”, assure Alban Rosa, adjoint à l’économie, qui a travaillé sur la question avec les commerçant-es. Objectif que les habitant-es ont entendu, même si se sont posées les questions d’une vignette ou d’un macaron pour les résident-es, de l’intégration d’autres rues au périmètre, du stationnement des agent-es municipaux, notamment. Reste qu’à la rentrée, il faudra s’y faire, et marcher — un peu plus — pour pouvoir stationner.

Plus d'infos sur la zone bleue