Rentrée scolaire : un bilan engagé

Thématique actu

Rentrée scolaire : un bilan engagé

Tag(s)
Tags
école
Publié le 11 septembre 2017
Modifié le 13 septembre 2017
Résumé actualité
Comme à l’accoutumé, la Ville, ses services et l’opérateur Evade, l’Education nationale et les directions d’écoles ont fait le bilan de la rentrée. Il a été beaucoup question d’engagements et de valeurs, de partenariats, et bien sûr des besoins de l’enfant.
Paragraphs

Réussite éducative et scolaire, l’enfant au centre des enjeux, projet de territoire, réseau partenarial… Les formules ne manquent pas pour rappeler la priorité de l’éducation mise en œuvre par la Ville et ses partenaires. Le “bilan” de la rentrée scolaire n’est pas un exercice comptable, mais l’occasion “d’illustrer notre volonté toujours très affirmée de travailler la main dans la main avec l’Education nationale, les équipes pédagogiques, les services de la Ville et l’opérateur Evade, les animateur-trices, tous les personnels concernés, les parents”, a rappelé Jacqueline Madrennes.

Partage de compétences

Profitant d’une carte scolaire “plutôt favorable”, l’adjointe à l’éducation a centré son propos sur les notions d’échange, de copilotage, de coconstruction. Un partenariat “de plus en plus fort, dans la continuité de la journée et des besoins de l’enfant”, selon Béatrice Bossennec, l’inspectrice de l’Education nationale, qui a salué “l’attention de la Ville, le partage de compétences et d’expertises, la polyvalence des contenus et des parcours pédagogiques”.
Les sujets se sont ensuite succédé : présentation des nouvelles directions dans les écoles (près de 40 % des effectifs renouvelés) et des services de la Ville (éducation, culture, sport, restauration scolaire, informatique, centre technique municipal, tranquillité publique et prévention) qui interviennent durant une année scolaire ; carte scolaire (fusion des deux écoles maternelles Paul-Langevin, fermeture de deux classes élémentaires à Moulin et Joliot-Curie, dédoublement de cours préparatoires à Marat et Cachin, avec respectivement 13 et 9 enfants par CP en moyenne) ; travaux d’été (environ 500 000 euros) et investissements en faveur de l’amélioration des installations informatiques (40 000 euros)... A ce propos, il a été fait mention d’un nouveau plan numérique pour les écoles, en lien avec l’inspection de l’Education nationale.

Image
Image
Le maire Renzo Sulli, l'inspectrice de l'Education nationale Béatrice Bossennec et l'adjointe à l'éducation Jacqueline Madrennes
Descriptif Image
De gauche à droite : Béatrice Bossennec, inspectrice de l'Education nationale, le maire Renzo Sulli, Jacqueline Madrennes, adjointe à l'éducation, et Nadia Loubières, directrice du service municipal éducation.

Maintien de la semaine de 4,5 jours

A l’ordre du jour également, l’organisation de la semaine scolaire a particulièrement retenu l’attention. Un courrier du maire précédant la rencontre de bilan avait déjà signifié le choix de la Ville de ne rien changer pour l’instant. “Nous nous laissons le temps de la réflexion et de la concertation avec les parents d’élèves et la communauté éducative.” Echirolles a appliqué la réforme dès 2013, en prenant en compte au plus près les besoins de l’enfant. “Malgré les réductions de moyens, nous avons mis en œuvre un projet éducatif ambitieux, coporté, partagé. Nous tenons bon parce que les motivations, les valeurs et les résultats sont là !”, a dit Jacqueline Madrennes. Ville et Education nationale ont ainsi “avancé ensemble”, en mobilisant “toutes les ressources à notre disposition pour remettre l’enfant au cœur de nos pratiques, renforcer la qualité d’accueil et l’offre périscolaire, la cohérence et la continuité éducatives sur tous les temps”. Et donner “une chance de réussite à toutes et tous”.
Argument pas négligeable, “le besoin de stabilité nécessaire aux enfants, aux enseignant-es pour expérimenter, ajuster, peaufiner les outils pédagogiques, et à tous les acteurs autour de l’école pour former, accompagner, aider”, a orienté la position municipale. “Nous contacterons les représentant-es des personnels, les fédérations de parents d’élèves, et travaillerons, comme nous l’avons toujours fait, avec les parents d’élèves et tous les intervenants”, a conclu l’adjointe à l’éducation. Le maire Renzo Sulli, pour sa part, a souligné “la disponibilité et l’écoute de l’inspection de l’Education nationale… L’essentiel est de débattre dans la confiance pour aller de l’avant. L’école est une de nos responsabilités majeures, elle doit bénéficier de la vie sociale et culturelle de la commune. Nous maintiendrons nos efforts et nos innovations. Sur les rythmes scolaires, l’objectif est de parvenir à une décision en mars prochain et de l’appliquer sans perturbations dès la rentrée 2018”.

JFL

Les chiffres de la rentrée