PPRT de Le Pont de Claix : Echirolles sort du périmètre

Thématique actu

PPRT de Le Pont de Claix : Echirolles sort du périmètre

Publié le 31 janvier 2018
Modifié le 31 janvier 2018
Résumé actualité
Une réunion de présentation du nouveau PPRT de la plateforme chimique de Le Pont de Claix a permis de faire le point sur la nouvelle donne en termes de gestion des risques technologiques.
Paragraphs
Image
Image
réunion info PPRT
Descriptif Image
Le PPRT de la plateforme de Le Pont de Claix est l’un des plus importants de France avec 230 lignes de phénomènes dangereux recensées.
Texte

Une réunion de présentation animée par les services de l’Etat, DREAL et DDT38, qui ont mené à bien ce projet de PPRT, “attendue depuis un certain temps déjà par les élu-es et les habitant-es d’Echirolles”, comme le rappelait, en introduction, Daniel Bessiron, adjoint aux risques majeurs. Depuis le début du processus, en 2008, et plus encore depuis la création d’un PPRT par le préfet, en 2011, pour les deux établissements à risques identifiés sur la plateforme chimique, Isochem et Vencorex.

87 millions d'euros de travaux

Une attente qui n’aura pas été vaine. Grâce au travail partenarial des dix communes initialement concernées par le périmètre, la Métropole, les services de l’État et, surtout, les industriels concernés qui ont réalisé d’importants travaux pour un montant de 87 millions, le périmètre des aléas a été très largement réduit : de 3 500 mètres auparavant, il n’est plus aujourd’hui que de 960 mètres. Une réduction importante qui a notamment permis de faire sortir sept communes, dont Echirolles, du périmètre concerné. Comme quoi, ça valait la peine d’attendre…